Rapatriement sanitaire

Sommaire

On parle de rapatriement sanitaire lorsqu’un malade doit être évacué depuis un pays d’accueil jusqu’à son pays de domiciliation pour des motifs médicaux.

Le rapatriement peut notamment être motivé par la déficience des équipements du pays d’accueil, si l’état de santé du patient nécessite une intervention spécialisée.

Rapatriement sanitaire : catégories

Avant de partir à l’étranger, mieux vaut se renseigner sur l'état sanitaire du pays. Dans certains pays (États-Unis, pays asiatiques, etc), les frais médicaux sont très élevés. Il est donc préférable de souscrire un contrat d'assistance ou d'assurance, garantissant :

  • le rapatriement sanitaire en cas de maladie à l'étranger ;
  • ainsi que le remboursement des frais engagés.

Ce rapatriement est une garantie proposée par les assureurs et les compagnies d’assistance. L'option est activée si le patient tombe gravement malade ou qu’il est sérieusement blessé à la suite d’un accident survenant hors de France.

Le scénario du rapatriement sanitaire n’est déclenché que si sa nécessité est attestée par le médecin régulateur de l’assureur. En cas de maladie, il se met en relation avec les médecins locaux afin d’examiner la gravité du dossier. La décision finale est prise en fonction de la pathologie et des possibilités de soins dans le pays d’accueil.

Il existe plusieurs types de rapatriement sanitaire :

  • Le rapatriement non médicalisé concerne les blessures ne réclamant pas une aide médicalisée durant le transport, par exemple dans le cas d’une jambe cassée.
  • Un cran au-dessus, le rapatriement sanitaire médicalisé se caractérise la présence d’un infirmier ou d’un médecin durant le transport du patient, par exemple s’il est victime d’un infarctus.
  • Réservée aux cas les plus graves, (accident de la route, etc), l’évacuation par avion sanitaire s’effectue dans un appareil médicalisé, spécialement affrété pour transporter la victime. Les avions sont généralement des jets (trajets longs) ou des turbo-propulseurs (trajets courts). À l’arrivée, le patient est accompagné jusqu’à un hôpital qui prend le relais.

C’est toujours le médecin régulateur de l’assistance qui prend la responsabilité de déclencher une opération de rapatriement.

Couverture des frais de rapatriement sanitaire

Les contrats d’assistance sont assez complets et couvrent le rapatriement. Avant de souscrire, il faut s’assurer que l’assisteur dispose bien d’un service disponible 7j/7 et 24h/24, ainsi que de toute la logistique requise.

De même, il est préférable de consulter la liste des pays où le rapatriement est prévu et les exclusions éventuelles.

Selon les contrats, la garantie rapatriement peut aussi couvrir :

  • le coût des médicaments utilisés ;
  • les frais de recherche et de secours ;
  • la présence d’un proche en cas d’hospitalisation ;
  • la recherche et l’envoi de médicaments non disponibles dans le pays d’accueil ;
  • les frais de rapatriement et de cercueil en cas de décès ;
  • le rapatriement des bénéficiaires en voyage avec l’assuré ;
  • les frais d’avocat et l’avance de caution pénale en cas d’infraction involontaire à la législation d’un pays.

L’usage de certaines cartes bancaires peut donner accès à un service de rapatriement, que les voyages soient professionnels ou touristiques.

Pour en bénéficier, il faut avoir utilisé la carte associée à ce service pour acheter le billet d’avion. Les garanties dépendent du type de carte (Bleue, Gold, etc).

Aussi dans la rubrique :

Préparation départ

Sommaire