8 révélations pour dépasser votre peur de l'avion

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka  À jour en décembre 2019

La phobie des voyages en avion est assez répandue, et il n'est pas rare d'entendre « ça n'est pas naturel de voler ! ». Certes, si nous n'avons pas encore d'ailes, mieux vaut ne pas tenter le saut du 4ème étage.

Mais les personnes phobiques ont généralement beaucoup d'idées reçues. Et sans connaître le fonctionnement de l'appareil et ses capacités, difficile de se défaire de ces croyances terrifiantes ! Le point sur les a priori répandus qui n'ont pas lieu d'être. Envolez-vous enfin détendu !

Un avion ne peut pas tomber à pic !

Un avion ne peut pas tomber comme une pierre. S'il perdait ses moteurs, ou s'il était en panne d'essence, il pourrait planer plus d'une demi-heure sur plusieurs centaines de kilomètres !

  • Sachant que les trois risques ci-dessus ont une probabilité extrêmement faible de se produire, pas de quoi craindre le plongeon dans l'atlantique.
  • La vitesse qu'il a acquise lui donne l'élan nécessaire pour reposer sur l'air. Les courants aériens peuvent même prolonger sa course.

Si un moteur était défaillant, l'avion ne rencontrerait aucune difficulté et pourrait même continuer son trajet jusqu'à sa destination !

En cas d'orage, peu de risques

En moyenne, les avions prennent la foudre toutes les 1 000 heures de vol… mais cela ne présente aucun risque car l'avion agit comme une cage de Faraday : l'électricité ne passe pas le fuselage !

  • Le fuselage est la partie constituant le corps de l'avion, il contient les passagers et l'équipage.
  • Une cage de Faraday est un dispositif fermé protégeant des ondes électromagnétiques et électriques ceux qui s'y trouvent.
  • Le fuselage étant fermé, il rend donc insensible à la foudre ceux qui ont embarqué !

Parafoudre

Article

Lire l'article Ooreka

Plus de peur que de mal

Aucun des avions de ligne aujourd'hui en circulation n'a jamais eu d'accident en raison d'une turbulence. Même si elles peuvent être très désagréables si on y est peu habitué, elles ne présentent aucun risque.

  • Concrètement, des masses d'air froid chaud et d'air chaud constituent l'atmosphère à la manière des courants maritimes.
  • L'avion passe à travers ces flux pendant le vol, et c'est pourquoi il bouge, est secoué, ou semble tomber de quelques mètres.
Lire l'article Ooreka

Pas d'ivresse, pas de stress !

En altitude, l'alcool monte plus vite à la tête :

  • Il accélère le rythme cardiaque.
  • Il augmente la tension artérielle.

Si vous êtes anxieux, cela augmentera donc encore votre anxiété et vous rapprochera de la crise de panique !

Buvez plutôt quelque chose qui vous détend.

La moitié des réacteurs suffirait

Les moteurs d'un avion sont tellement puissants qu'ils pourraient le faire décoller avec la moitié de ses réacteurs, et même réaliser la totalité de son trajet.

Après un décollage plein gaz pour prendre de l'altitude le plus rapidement possible, le pilote réduit la puissance des moteurs pour trouver le meilleur compromis entre la vitesse et la consommation de carburant, comme en voiture.

Pas d'inquiétude donc, quand le brouhaha du décollage disparaît petit à petit. Tout fonctionne encore bien, le pilote a simplement « passé la seconde » !

Lire l'article Ooreka

L'éclairage : pour un bon atterrissage

Lors d'un atterrissage de nuit, les pilotes réduisent souvent la lumière dans la cabine pour une simple raison : si l'avion traversait un nuage, la luminosité de la cabine pourrait totalement éclairer le nuage et éblouir le pilote…

Les signaux lumineux de chaque côté de la piste ainsi que les indications du tableau de pilotage lui permettent de se poser sans danger.

Le signal peut être allumé par précaution

Il est déjà arrivé qu'un passager ayant trébuché lors d'une turbulence ait attaqué la compagnie aérienne en justice sous prétexte que le signal « attachez vos ceintures » n'était pas allumé.

Certaines compagnies laissent donc parfois le signal allumé pendant la quasi totalité du vol juste pour éviter un éventuel procès, même si la météo est calme !

Équipement médical à disposition

Dans un avion, il y a toujours :

  • des défibrillateurs cardiaques ;
  • des trousses médicales d'urgence contenant de nombreux médicaments.

Cela permet de répondre à toutes les urgences médicales, mais en cas d'impératif, l'avion pourra se poser très rapidement, à l'aéroport le plus proche.

Moins cher, mais autant de sécurité !

Les compagnies low-cost offrent le même niveau de sécurité que les compagnies classiques. La différence de tarif s'explique par :

  • un confort moindre : sièges plus serrés, moins moelleux ;
  • des repas rares voire inexistants ;
  • les bagages payants ;
  • des aéroports secondaires ;
  • des hôtesses moins nombreuses…

Cependant, les avions sont bien maintenus et respectent toutes les recommandations des constructeurs !

 

Ooreka vous en dit plus

Pour finir de vous convaincre que vous ne risquez rien en l'air, lisez aussi les 8 idées reçues sur les voyages en avion qu'ont la plupart des gens, même les non-phobiques !

Quelques contenus pour aller plus loin !

Source : Xavier Tytelman, formation aéronautique du stage du Centre de Traitement de la Peur de l'Avion, www.peuravion.fr.